Les différents traitements anti-Varroa

Article mis en ligne le 8 juillet 2018 par Apicultrice68
Imprimer l'article logo imprimer

Quel traitement anti-Varroa utiliser et quand le pratiquer ?

Quand effectuer son traitement ?

Les traitements doivent être effectués en dehors des miellées et il faut garder à l’esprit que ceux-ci affaiblissent la ruche lors du traitement.

Les populations de Varroa augmentent fortement à partir de Juillet pour atteindre leur maximum à la fin du mois de Septembre [1], il peut donc être judicieux de commencer tôt les traitements, après les dernières miellées, avec un traitement classique puis de refaire un deuxième traitement de contrôle en automne, avec un autre produit.

Par exemple, on pourrait effectuer un traitement à l’Apilife dès le mois d’août puis un traitement de contrôle à l’acide formique au mois de septembre.

Dans tous les cas et avec tous les traitements, restez prudents, et demandez conseils aux syndicats apicoles, auprès des magasins apicoles ou encore auprès d’apiculteurs professionnels et confirmés. De plus, suivez les notices d’utilisation des produits qui peuvent évoluer fréquemment du fait de l’évolution des produits et des méthodes de traitement.

Les traitements anti-varroas classiques

Les traitements contre le Varroa sont aussi variés que nécessaires. Certains proviennent de l’apiculture biologique, comme l’Apilife Var [2] qui contient du thymol, de l’eucalyptus, du camphre et du menthol.

Ce produit se présente sous forme de plaquettes jaunes ou vertes. 2 plaques sont présentes dans chaque paquet, il faut diviser chaque plaque en 4 morceaux à disperser aux quatre coins de la ruche au dessus du couvain. L’opération est à renouveler tous les 7 jours pendant 4 semaines, il faudra donc deux paquets d’Apilifevar pour une ruche.

D’autres produits comme l’Apiguard (thymol principalement), le Thymovar (thymol principalement), ou l’Apistan (pesticide) existent.

Traitement à l’acide formique et huiles essentielles

30mL doivent être prélevés et dilués à 40% ou 60% et placés sur une éponge plate, elle-même posée sur du plastique puis sur le fond de ruche. Des huiles essentielles peuvent être utilisées avant d’effectuer le traitement à l’acide formique.

Lors du traitement, l’acide ne doit pas couler dans la ruche. Un traitement à 65% s’effectue sur le fond de ruche (la plaque en métal qui sert à compter le Varroa, à isoler la ruche et à récupérer les déchets) où sera préalablement posée une feuille en plastique (pour éviter que l’acide n’abime le fond de ruche en métal).

Pour en savoir plus sur ce traitement, consultez l’article ...

Traitement du Varroa à l’alcool

Les apiculteurs peuvent également utiliser de l’alcool, moins agressif pour les abeilles, placé sur du coton ou sur une éponge. Les Varroa tombent alors, encore vivants, sur le fond de ruche. Il est donc nécessaire d’utiliser une feuille de plastique huilée pour que les Varroa restent collés. Cette feuille de plastique ne doit pas être accessible pour les abeilles, il faut donc la placer sous la ruche.

Le test réalisé au SAME sur une ruche n’a pas été probant, mais la ruche avait essaimé au printemps, ce qui induit une plus faible population de Varroa (coupure dans le cycle de développement du Varroa).

Autres traitements

L’acide oxalique est un traitement chimique peu pratiqué même si l’on trouve de nombreuses recettes, parfois compliquées à préparer, sur internet.

De nombreux autres traitements existent et certains sont très très fantaisistes (dilutions de femelles Varroa dans de l’eau donnée aux abeilles...). Il est plus prudent de suivre les conseils d’un syndicat ou d’apiculteurs confirmés pour les traitements.

Notes :

[1d’après un document de l’OIE sur la varroase

[2Reg. 2092/91/EEC et 24/06/1991

Le forum
Poser une question ou commenter cet article (pas encore de message)